28 avril 2010

Quoique vous fassiez, ne me dites surtout pas bonjour.

Attention, fille aigrie.

Aujourd'hui, je suis animatrice/hôtesse/distributrice/colporteuse pour une agence de street-marketing. VDM? Oui.
Quand on est étudiant, on fait ce qu'on peut pour gagner sa croûte, souvent au détriment de son amour propre. Tous ceux qui n'ont pas eu la chance d'avoir des parents assez aisés ou volontaires pour leur donner ce petit coup de pouce pécuniaire ne me diront pas le contraire : le job étudiant, ce n'est pas tous les jours facile. Certes, ça forge le caractère, on acquiert une certaine expérience dans le monde du travail, mais parfois on aimerait bien s'en passer.
Alors, oui, le "street", ce n'est pas le pire boulot qui existe, pour avoir testé l'usine pendant cinq étés de suite je peux vous en dire quelque chose. Mais quand même...

Aujourd'hui, je distribue un journal gratuit. Pantalon noir, chaussures noires, les cheveux biens tirés, maquillage discret, sourire digne d'une réclame pour dentifrices, parfaitement conforme aux prescriptions de mon brief je me lance, pleine d'entrain, dans ma tâche quotidienne.

Après deux heures de dur labeur, la gorge sèche et la mine déconfite, le travail est accompli. Satisfaite? Pas vraiment. Le contact avec le public nous montre chaque jour la face pas-si-bien-cachée-que-ça de la population urbaine : ingratitude, manque de considération et indifférence.
"- Bonsoir!
- Plein le cul de vos journaux, vous nous faites chier!"
Et bah à ce compte là plein le cul des petites princesses modernes qui n'ont jamais eu à travailler et qui n'ont que mépris pour la petite populace qui essaie comme elle peut de financer ses études de droit.

Alors la prochaine fois que vous croiserez l'un ou l'une d'entre nous, s'il vous plaît prenez une minute de votre temps pour dire bonjour et prendre ce que l'on vous tend. Même si le flyer vous déplaît, on n'y est pour rien, ne l'oubliez pas. Ne serait-ce qu'un sourire accompagné d'un "non merci", ça paraît bête comme ça, mais c'est en voie de disparition et ça nous fait à nous, robots de la distribution mais êtres humains quand même, le plus grand des plaisirs.

01052010167

Posté par -Pegasus- à 15:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Quoique vous fassiez, ne me dites surtout pas bonjour.

    Oulala...

    Comme je te comprends...
    Et je n'aurais qu'une chose à dire pour te l'expliquer : ça fait plus de 17 ans que je travaille dans le commerce...

    L'amabilité, un truc qui se perd...
    Hélas...!

    *

    Posté par AnneLaure, 29 avril 2010 à 22:59 | | Répondre
  • Oh que oui ma p'tite dame!

    Rohlala, j'ai l'impression de prendre cinquante ans d'un coup quand je dis ça, mais la jeunesse, c'est plus ce que c'était. Ceci dit, les clients plus âgés non plus ne semblent pas connaître les règles élémentaires de courtoisie...

    Heureusement il reste quand même quelques petites perles qui nous redonnent le sourire!

    Posté par -Pegasus-, 02 mai 2010 à 01:38 | | Répondre
Nouveau commentaire